Visage(s) du 25 août


Le 25 août 1944, pendant que Paris fête sa libération, Maillé, petite commune d’Indre-et-Loire (à 40 km au sud de Tours) est presque rayée de la carte. Aux alentours de 9h, des soldats allemands sillonnent le bourg et traquent les habitants qui sont systématiquement abattus. Les maisons sont incendiées les unes après les autres. Celles qui échappent aux flammes sont pilonnées par une pièce d’artillerie positionnée à proximité du bourg, et qui va tirer sur Maillé pendant une partie de l’après-midi. Au final, le nombre de victimes s’élève à 124, parmi lesquelles 48 enfants de moins de 15 ans.


Pendant plus de cinquante ans, l’histoire de Maillé tombe dans l’oubli. Absence de personnalités politiques majeures, indifférence des différents médias, les commémorations anniversaires se déroulent dans un anonymat total. Il faut attendre 2008 pour qu’enfin, un Président de la République assiste à une cérémonie dans le village et reconnaisse officiellement le drame de Maillé.


L’envie de leur rendre hommage et de déterrer cette partie de l’histoire a donné naissance à ce projet. Je suis allée à la rencontre des témoins de ce drame, qui peinent encore à dévoiler leurs souvenirs 70 ans après le massacre. Ils m’ont accueillie chez eux pour me parler de leur histoire.